Thème Trajectoires

Ce message est provisoirement masqué suite à des signalements de la communauté.

1 « J'aime »

Je ne peux mentionner que 2 personnes, donc j’ajoute ici:
@hugobiwan

La grande lacune dans ce que vous proposez dans le pad est de savoir comment intégrer les communs [foncier] français existants, dont certains ont des milliers d’années.

Avec Alain Renk, nous avons réussi à convaincre le canton de Genève d’intégrer les communs fonciers existants dans leur initiative visant à soutenir tous les types de communs dans la région des Grands-Genève (qui inclut la France).

Malheureusement, il ne semble pas que la France ait cette vision.

J’ajoute qu’en 1987, lors d’un recensement des communs [foncier] dans le département de l’Ain, ils ont trouvé 182 communs [foncier] . Aujourd’hui, personne ne sait s’ils existent encore, ce qu’ils apportent à la transition écologique. L’exception étant le commun [foncier] de Mourex, où des recherches récentes ont clairement montré le lien entre les deux.

Bonjour Olivier, pouvez-vous nous indiquer comment ces communs sont pris en compte, s’il y a un projet autour, voire des documents partagés en ligne ?
P.S. Je serai avec Alain sur Genève les 19 et 20 janvier pour parler communs.
BIen à vous,
H

On peut avoir un lien svp ? Le commun de Mourex ne donne rien dans un moteur de recherche…
Merciiiiiiiiiiii.

des liens pour les commune fonciers ex. Mourex -

https://mourex.fr/ - Le site de la section de commune de mourex, il a besoin d’une petite mise à jour.

Mémoires de la Faculté des Géosciences et de l'Environnement - Mémoire de master en durabilité sur la section de mourex - Ce travail montre qu’il existe des corrélations évidentes entre le niveau de vitalité de la gouvernance du commun et la conservation de la nature.

Serval - La section de commune de Mourex, France « Le pouvoir d’être entendu, de défendre ce qui est précieux » - Mémoire de master sur la section de Mourex Décrit le rôle contemporain d’une section de commune située dans le village de Mourex.

de liens pour les commune fonciers en general -

EN COMMUN ! La propriété collective à l'épreuve de la modernité - YouTube - film sur les biens communs fonciers français

https://uicn.fr/les-autres-mesures-de-conservation-par-zone/ - rapport rédigé par l’UICN sur les autres mesures de conservation efficaces (AMCEZ) et le rôle possible des biens communs fonciers. Avec l’exemple d’une section de commune. Les AMCEZ sont un moyen reconnu d’atteindre les objectifs de 2030 qui viennent d’être adoptés, bien que de manière peu démocratique, par la COP. Je peux vous donner plus de détails sur AMCEZ si nécessaire.

France’s invisible land commons under threat - résumé de la récente réunion que nous avons eue au sénat sur les communs fonciers en France

Dans le Grand Genève - l’idée est de les inclure dans l’indentification des biens communs de la région. Auparavant, le recensement ne concernait que les biens communs urbains et numériques.

En France - il n’y a pas de grand projet en cours de réalisation. Cependant, un groupe de chercheurs et de commoners sont en train de faire avancer les choses.

Je serais plus qu’heureux de descendre à Genève pour parler des communs fonciers.

O

Ce message est provisoirement masqué suite à des signalements de la communauté.

En fait, les communs fonciers touche à tous les thèmes, sauf, peut-être, A- Mobilité & Logistique. Un peu de contexte :

  1. Tout d’abord, j’aimerais souligner les conclusions de la récente COP sur la biodiversité qui s’est tenue au Canada et qui a mis en évidence la nécessité d’un « Approche pangouvernementale et pansociale » (en anglais – « whole-of-government and whole-of-society approach »). Voir – Thème - les communs et les objectifs 2030 de la 15e Conférence des Parties sur la biodiversité - Cadre mondial de Kunming-Montréal pour la biodiversité . Une approche qui s’applique également au thème Trajectoires.

  2. De nombreux communs fonciers en France sont menacés, chaque mois plusieurs disparaissent. Les communs fonciers, qui constituent l’un des plus grands détenteurs de terres rurales en France, sont de plus en plus reconnus comme un système de gouvernance favorisant la biodiversité, la transition écologique, les services écosystémiques, résilience, sobre, etc. Personne ne sait quel impact la perte des communs fonciers ou la proposition de loi visant à supprimer certains communs fonciers aura sur la résilience, la sobriété et la transition écologique. Selon toute vraisemblance, il sera très difficile pour la France d’atteindre ses objectifs de transition ecologique sans les communs fonciers.

  3. Les communs fonciers français ne sont généralement pas connus en France, même s’ils sont l’un des plus grands détenteurs de terres rurales et s’ils ont un impact indirect mais majeur sur la vie quotidienne de nombreuses personnes. Par exemple, les aliments vendus sur de nombreux marchés ruraux en France ont un lien avec les communs fonciers (la prochaine fois que vous irez sur un marché, demandez aux revendeurs s’ils connaissent les communs fonciers, mais vous devrez peut-être expliquer ce qu’est un commun foncier ou utiliser l’un des nombreux mots locaux pour désigner les communs fonciers - par exemple, caolars, section, consortage, etc. En plus de cela, de nombreux sites touristiques, des sites Natura 2000 ont des liens avec des communs fonciers et ont même été créés grâce aux commoners qui géraient les communs fonciers…

Les communs fonciers et le thème Trajectoires :

  1. « Mise en mouvement vers une société plus sobre et résiliente » – Pour les raisons susmentionnées impossible de faire sans les communs fonciers. De plus, les communs fonciers le font depuis des siècles. Avant de réinventer la roue, nous devrions examiner ce qui existe déjà.

  2. « Créer de nouveaux imaginaires pour que la société au sens large (citoyens, collectivités, entreprises…) bascule avec envie et enthousiasme dans la transition écologique/ climatique » - C’est là que ça devient intéressant. L’une des raisons pour lesquelles les communs fonciers ne sont pas reconnus en France est qu’il y a eu des décennies de perception négative des communs fonciers en France, par exemple la justification de la loi de 2013 sur l’interdiction de la gouvernance d’un type de commun foncier était qu’ils étaient « désuétude … d’un autre temps, dont la gestion et l’existence même ne sont plus adaptées » – voir proposition de loi visant à favoriser la dissolution des sections de commune (exposé des motifs)
    Il en résulte qu’en France, les fonciers communs ne sont valorisés qu’en termes de traditions. Or, dans de nombreux endroits du monde, ils sont également reconnus pour leur contribution à la transition écologique, à la biodiversité, à la résilience, etc. Voir Territoires de Vie - https://report.territoriesoflife.org/fr/
    Plutôt que de « créer de nouveaux imaginaires », nous devrions d’abord comprendre ce que les parties moins connues de la société française peuvent apporter. Le « défi » ici serait de défaire les décennies de perception négative à l’encontre du commun foncier. Si nous pouvions faire en sorte que « la société au sens large (citoyens, collectivités, entreprises…) » reconnaître les communs fonciers et leurs valeurs, tant traditionnelles que modernes, alors nous sommes plus susceptibles de « bascule avec envie et enthousiasme dans la transition écologique/ climatique ».
    Cela pourrait se faire par l’étiquetage des aliments provenant des communs fonciers, l’étiquetage des sites touristiques créés par des commoners ou sur des communs fonciers, etc. Ce faisant, il aiderait les commoners à réévaluer leurs communs fonciers pour y inclure d’autres valeurs (transition écologique, résilience, sobre etc.

  3. « Ce thème transversal touche au « donner envie », au « rendre désirable », pour que ces nouveaux modes de vie, plus sobres et frugaux, soient désirés, et non plus subis et rejetés. » - Tout comme certains communs fonciers le font aujourd’hui, mais pas tous, et ce depuis des milliers d’années. Même si les communs fonciers en France peuvent avoir des milliers d’années, il semble que cela soit encore plus pertinent aujourd’hui. Donc, avant de créer « ces nouveaux modes de vie », il faut d’abord comprendre les modes de vie existant.

Comme indiqué ailleurs sur ce forum, l’initiative « Résilience des Territoires » devrait organiser une réunion des chercheurs, commoners et associations qui travaillent sur les communs fonciers en France. De cette façon, il serait plus facile de mieux comprendre comment les communs fonciers contribuent à cette initiative et aux différents thèmes.

Après la participation à l’atelier de ce jour (19 janvier), j’ai tenté l’exercice d’écrire un défi selon le template proposé. C’est un exercice d’intelligence individuelle :sweat_smile: puisque j’étais la seule présente intéressée par le thème des trajectoires.

En faisant quelques recherches sur les problèmes, j’ai pu constater que les pouvoirs publics, collectivités et entreprises ont du mal à amorcer la trajectoire. J’ai donc fait l’exercice sur ce constat et formulé le défi de la manière suivante :

Défi : Comment pourrions-nous aider les pouvoirs publics et les entreprises privées à imaginer de nouveaux récits, dans lesquels ils oeuvrent à la transition vers une société sobre et résiliente ?

Plus d’infos dans le pad ci-dessous.

Prochaines étapes: Mener une recherche exhaustive sur le sujet et tester la pertinence du défi.
@arianerozo @olivier

https://pad.fabmob.io/QFiUJ6qNT3-IPpHTUvYU2Q

1 « J'aime »

C’est un très grand défi. Du point de vue des communs fonciers, il faudrait défaire des décennies d’endoctrinement (public et privé) selon lequel les communs fonciers sont mauvais et doivent être abolis.

Je suis en train de passer en revue deux organisations qui financent des projets sur les communs et il semble, bien que je n’aie pas terminé l’analyse, qu’elles s’intéressent davantage aux nouveaux communs qu’aux anciens communs fonciers qui ont prouvé leur capacité de survie à long terme.

Ce qui est étrange car les anciens communs fonciers ont prouvé leur survie à long terme, alors que les nouveaux communs sont inconnus. On aurait pu penser que pour maximiser l’impact à long terme des fonds, on financerait des choses qui ont fait leurs preuves, mais hélas ! De plus, certains de ces anciens communs fonciers ont également prouvé qu’ils pouvaient protéger la biodiversité, sobre et résiliente.

Une question intéressante à poser serait de savoir si cette lacune est due à l’indoctrination antérieure, qui a fait que les communs fonciers ont été cachés ; il est courant que les chercheurs internationaux sur les communs soient surpris lorsque nous leur disons que les anciens communs fonciers existent toujours en France. Ou y a-t-il d’autres raisons?

@marieannebernasconi : quand tu dis que la prochaine étape est de faire une recherche exhaustive sur le sujet, tu veux dire quoi exactement ? Faire le recensement de toutes les méthodes existantes en lien avec ton projet (càd « Méthode d’intelligence collective pour faire émerger de nouveaux possibles et leurs concrétisations ») ? Au-delà de ce qu’on a déjà écrit dans les ressources sur le thème Trajectoires, me revient en tête la « boussole de la participation » du Cerema, qui a peut-être fait ce travail de capitalisation de l’existant ? A vérifier… La Boussole de la participation : une application pour organiser et suivre un processus participatif | Cerema
A bientôt !
Ariane